Base camp Ubaye 30 juin – 3 juillet 2022

Base camp Ubaye 30 juin – 3 juillet 2022

Pour enchaîner après le granit d’Orny et vu que l’état des glaciers ne s’améliore pas franchement, les équipes prennent le chemin du Sud pour un grand week-end en Ubaye. L’Ubaye c’est loin, on ne connait pas trop (sauf Pierre qui est ravi : depuis Nice c’est nettement moins loin), et les topos CamptoCamp sont souvent bien maigres en sorties. C’est donc un peu l’aventure !

On part le jeudi matin de Grenoble (pour ceux qui sont en vacances), et chaque voiture s’arrête sur la route pour grimper quelque part. Certains choisissent Ceüse pour aller faire Natilik, d’autre vont à la Tour Termier (Termier-tière), et une dernière équipe va parcourir les arêtes de la Bruyère. On en profite pour récupérer les fameuses doudounes des équipes, c’est un peu serré dans la voiture mais ça donne lieu a une belle séance d’essayage.

Alexis, bien installé dans la longueur rampante de Natilik (Photo Marion Ducos)

Encore un peu de route, et tout le monde se retrouve plus ou moins tôt au camping municipal de Saint-Paul-sur-Ubaye ! Par rapport au bivouac d’Orny c’est le grand confort : tentes XXL, camions aménagés, tout le monde installe son lit ! Après avoir longuement comparé les différents aménagements intérieurs des camions on décide de passer à table et de décider quels seront les objectifs du lendemain. Malgré le strict couvre feu imposé par le camping à 22h (et pas une minute de plus), tout le monde réussi à choisir un projet pour le lendemain.

Le camion c’est quand même confort ! (Photo Nico Gamby)

Le vendredi matin tout le monde part pour différents projets : certains vont vers l’aiguille Pierre André pour faire la traversée Peigne – Gélinasse ou la voie Parize, d’autres à la tour de Chillol pour aller voir à quoi ressemble Oiseau Farceur, et un dernier groupe va a la Tête de Marcassin pour la voie Veni, Vidi, Vici. Globalement tout le monde est revenu très content de cette journée, les approches sont longues mais les voies sont belles, et on ne croise pas grand monde. Vincent et Dune nous rejoignent au camping le vendredi soir, et c’est reparti pour choisir les projets du samedi.

Camille dans la traversée Peigne-Gélinasse (photo Nicolas Gamby)
Yannick dans la Tête du Marcassin (Photo Alexis Genin)
C’est la pause au sommet du Peigne (Photo JB Cully)
Contents d’être arrivés au sommet de la Tour de Chillol (Photo Pierre Dujardin)

Le samedi de nouveau on se sépare en plusieurs équipes : dièdre Leprince-Ringuet et voie Parize à la Pierre André, traversée Peigne-Gélinasse, Tête de Marcassin et une équipe dans la voie du Moutard au Grand Bec de la Blachière.

Guillaume et Manon, au relais à la Pierre André (Photo Alexis Genin)
Estelle et Marion au dernier relais de la Pierre André (photo Nico Gamby)

J’étais de ceux-la, et ce fut une longue journée : on a commencé par se perdre dans l’approche, avant de faire notre premier relais dans une mini jungle. Ensuite on s’est perdu dans la voie (sinon ce n’est pas drôle), on a fait des relais pleins gaz sur camalots en cherchant des pins (qu’on n’a jamais trouvé), retrouvé notre chemin, fait bouger un énorme caillou (grosse frayeur, ne tirez pas sur la sangle coincée sous un bloc monstrueux sous le dernier ressaut si vous y allez), on a fini par sortir pas loin de la nuit et on a même trouvé la descente ! On aura appris pas mal de chose en l’espace de 12h, formation efficace et sacrée ambiance montagne.

Le premier relais dans la jungle
Ça allait mieux ensuite (photo JB Cully)
Sortis de jour, et sacrément contents ! (photo JB Cully)

Belle aventure, de retour à la tente à 22h (après le couvre feu, dommage) bien épuisés. Heureusement les copains nous avaient gardé de la pizza ! Visiblement les autres s’étaient de nouveau bien régalés dans les diverses voies choisies et tout le monde était bien fatigué samedi soir.

Dimanche matin tout le monde dort jusqu’à 7h30 avant de commencer à réfléchir au programme : certains ont encore envie de trad’ et vont à la Tour de Chillol, d’autres préfèrent une grande voie équipée à la Tête de Sanglier, Angélique et Ben’ vont planter des pitons, et d’autres encore ont des projets montagne variés pour le lundi et font donc la route le dimanche.

Finalement on aura tous gardé des supers souvenirs de l’Ubaye, une belle découverte. Les approches sont longues mais très belles, les forêts super agréables et la grimpe est très chouette. On reviendra !

Merci à Nico, Fabio, JB , Vincent et Ben pour l’encadrement, et à bientôt tout le monde !

Quand même c’est beau ! (photo JB Cully)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *